• Bonjour, je m'appelle Titenoon et je suis une angoissée chronique ...

    Bonjouuuuuur Titenooooooon.

    Alors voilà, ça à commencé quand? Probablement déjà dans le ventre de ma mère.
    D'où ça vient? J'en sais rien. C'est probablement dans mes gênes, la faute de mes parents, du temps qu'il fait, d'un examen ou d'une facture.
    Peu importe la faute à qui de toute façon, le fait est que : je suis une angoissée chronique.

    Pourquoi chronique? Parce que l'angoisse est là, insidieuse, elle évolue doucement mais surement, elle n'est pas que chronique, ô non, elle est aussi cyclique ... elle va et vient au rythme de mon bien être intérieur (je ne parle pas de ma flore intestinale, on est d'accord).


    Bonjour, je m'appelle Titenoon et je suis une angoissée chronique ...
    Photo : Elena Brower

    Comment cela se traduit-il chez moi...

    Depuis toute petite j'ai des symptômes "inexpliqués".
    Des maladies auto-immunes qu'ils disent (oui on donne ce nom aux trucs dont on ne connait ni la cause, ni l'origine, un espèce de fourre tout).
    Enfin DES maladies, non, en fin de compte, avec le recul, en grandissant et en vieillissant je peux dire que je n'en ai qu'une, de maladie : l'angoisse.

    Les symptômes ....

     Toute Petite Déjà

    Un eczéma très intense, localisé à l'intérieur des bras. Je pouvais me gratter à sang. D'aussi loin que je me souvienne j'ai testé beaucoup de crèmes, mais sans succès. Ce qui ressortait à l'extérieur, venait bel et bien de l'intérieur.
    Pourquoi? Je n'en ai pas la moindre idée (certains diront qu'une petite psychanalyse ferait du bien. Déjà Fait, ça a pas mal réglé de chose à l"intérieur d'ailleurs).
    Franchement je n'avais pas à me plaindre, élève plutôt pas mauvaise, inscrite au club Barbie, fan de Chantal Goya et du club Dorothée, j'avais tout l'air d'une petite fille "normale" (OUI dans les année 80 être fan de Chantal Goya faisait partie de la normalité) dans une famille "normale", mais je crois que dès mon plus jeune âge, j'avais cette chose à l'intérieur, située au niveau du plexus solaire, ce point noir qui m'empêche de respirer profondément : l'angoisse.

    En Grandissant ...

    J'ai commencé à compenser les angoisses par la bouffe... Ca a duré un bon moment, de bien longues années d'ailleurs, encore une fois, c'était complètement inconscient... Les kilos se sont entassés dans mes bagages .... Je ne les ai allégés que très tard, grâce au yoga je crois... au végétarisme aussi et à une vie plus légère, et déjà ça, ça faisait du bien.

    En Grandissant, Encore ...

     Mon eczéma s'est transformé en asthme, la gorge nouée comme gonflée, la journée, le soir, ça pouvait me prendre n'importe où n'importe quand...  Une autre sensation aussi... comme si quelqu'un appuyait encore et toujours avec son poing au niveau de mon plexus m'empêchant de respirer entièrement, profondément, pleinement... Encore plus en période de stress intense, bien évidemment.
    A l'adolescence j'étais pourtant ravie de ne plus être pleine de plaques granuleuses sur mes bras, mais voilà qu'une nouveauté faisait son apparition...
    Mon corps change, mon angoisse mute (suis-je une X-Men à ma façon?)

    Je me suis dis plus tard, que peut-être, ces symptômes étaient tout simplement des allergies... probablement... c'était cyclique : au printemps et en automne, d'aussi loin que je me souvienne encore, ces crises étaient et sont encore, plus intense à ces moments là.

    Mais avec le temps je me suis rendue compte que non, ce n'était pas forcément "allergique".

    Bonjour, je m'appelle Titenoon et je suis une angoissée chronique ...

    En mûrissant

    L'asthme s'est apaisé, j'étais ravie, je n'avais enfin plus de symptôme....
    Je ne compensais plus par la bouffe mais c'était le tour des dépenses (compenser encore et toujours d'une manière où d'une autre) ... Mais voilà j'ai cet autre partie de moi qui peste contre la surconsommation (heureusement), par contre, je ne compense plus assez bien...

     Et donc, voilà que ...

    Suite à une période de stress et d'angoisse un peu plus intense que d'habitude, je commençais à perdre mes cheveux, par plaque.
    Dans mon malheur j'ai eu beaucoup de chance, "le trou" comme je l'appelle n'est localisé qu'au dessus de ma nuque. Un petit trou devenu gros trou.
    Les raisons exactes de cette période de stress ne nous intéressent pas vraiment ici (changement de rythme de vie, de vie, formations et compagnie, de ce genre là quoi), ce qu'il faut juste savoir, c'est que ces angoisses n'avaient aucune raison d'être aussi intenses... Au contraire, ces événements auraient dû me porter pour évoluer positivement. Mais il faut croire que pour moi, le changement, n'était pas maintenant évident.

    Peut-être que l'eczéma, l'asthme et la pelade n'ont aucun rapport les uns avec les autres. Peut-être qu'il ne s'agit vraiment que d'allergies...

    Mais quand j'y réfléchis bien, que je médite, que je me concentre sur mon intérieur, je crois que toutes ces manifestations sont toujours apparues accompagnées de ce point noir au niveau de mon plexus solaire.

    Bonjour, je m'appelle Titenoon et je suis une angoissée chronique ...

    Se Soigner ...

    J'ai eu des période d'accalmies, je ne comprends pas pourquoi je n'ai jamais vraiment entretenu et cultivé ces périodes là comme un joli champ de fleur calme et zen.

    Comment me suis-je soignée pendant ces périodes? C'est bien simple, la méditation, mes lectures bouddhistes, un travail sur mes chakras et le yoga.

    Quand je parle d'être soignée au final je ne dis pas la vérité, car je ne me soigne pas vraiment, je ne cherche pas à supprimer ce "mal", j'appends plutôt à accueillir mes angoisses, à les embrasser, les voir venir, les ressentir, les laisser vivre, les accepter, lâcher enfin prise, elles sont là, elles font partie de moi, elles finiront pas se dissiper d'elles-même si je ne leur apporte pas plus d'attention que cela, mais le chemin est long, mes angoisses étant le plus souvent très inconscientes (il n'y a qu'à voir, depuis si petite...), seuls les manifestations physiques citées plus haut me font réagir.

    Je vieillis, j'en suis à ma seconde crise de pelade. Je sais pourquoi (je crois?), je sais comment la "soigner", l'apaiser. 
    Je sais qu'il faut que je cultive mon petit champ de coquelicots intérieur afin d'effacer ce point noir qui écrase mon plexus. 
    Je le sais...

    Je me promet dorénavant de cultiver et cultiver encore ce petit jardin intérieur. J'en ai besoin.
    Mes chakras ont besoin de fleurir, mon angoisse a besoin de se dissiper, c'est une question de santé.

    Avec cet article je vous livre un peu plus de moi. 
    C'est angoissant... (et oui on ne se refait pas).

    Vous apprenez peut-être que je suis très sensible et réceptive au yoga, la méditation, les chakras.... 
    J'aimerai partager un peu plus de tout ça avec vous, vous ne connaissez après tout que la maman superficielle et greluche, mais se dévoiler sur la toile est tout de même très.... angoissant (bis). Ceci dit, partager mes lectures de yoga et pas que, mes exercices préférés and co pourraient vous intéresser.

    C'est typiquement un article que je n'aurais jamais pu faire en face d'une caméra, écrire me fait un bien fou.

    D'ailleurs je vomis (mot choisi avec grand soin) tous ces mots dans cet article pendant une période de stress (Je viens de me rendre compte que je vis ma seconde pelade... J'en suis aux prémices, le "trou" est encore "petit", 2/3 cm je dirais...  je compte bien faire en sorte qu'il ne grandisse pas... Il va falloir que j'enfile mes bottes de jardinage et que je m'y mette sévère. Je les veux mes petits coquelicots dans mon jardin Zen), j'écris un peu comme ça me vient, je ne sais même pas si tous les mots accolés les uns aux autre donnent des phrases vraiment cohérente, je les relis, elles me parlent, mais vous?  

    Ne prenez pas cet article pour un article écrit par une désemparée de la vie, par une déprimée, dépressive ou que sais-je, je suis quelqu'un de très positif et relativement gai, mais voilà, nous avons tous, au fond de nous quelque chose que l'on a besoin de partager, d'exorciser, et tout le monde n'a pas besoin d'aller consulter un psy pour évacuer... 
    Et à vrai dire avons-nous vraiment besoin d'exorciser et d'évacuer tout cela? Juste en parler apaise déjà le "mal".
    Je crois bien qu'à notre époque, il n'y a jamais eu autant de stressés et d'angoissés, époque où pourtant tout pourrait être si facile.... Il y a tellement de moyens... Mais justement trop de moyens, trop de tout, on s'y perds, la réponse est souvent au fond de nous...
    Revenir à la simplicité à une époque où tout se veut "sophistiqué" et compliqué...
    Apprendre dès le plus jeune âge à se recentrer, à accepter ses angoisses... Le Chemin est long et semé d'embuches, mais le voyage mérite d'être tenté.
    Je suis une angoissée chronique, mais je me soigne, et ça, c'est déjà pas mal.


    Avant de conquérir le monde, apprendre à cultiver son petit champs de Coquelicots....

    Bonjour, je m'appelle Titenoon et je suis une angoissée chronique ...
    Source : Yeda.fr

    Prenez soin de vous.

    Tchuss 

    Nb : cet article ne contient volontairement que des photos "positives", je n'avais pas envie de montrer de photos représentant l'angoisse comme elle peut apparaitre dans les esprits : de façon négative.

    « My Little Box de Novembre, où comment me faire craquerPoubelle Octobre 2015 »
    Partager via Gmail Yahoo! Google Bookmarks Pin It

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :